[Année 1/Séance 8] Quelles connaissances pour une connaissance du futur ? – 21 mai 2015

Cette huitième séance explorera les conditions d’une connaissance du futur. Celle-ci doit-elle se réduire à un discours sur les risques ou à un calcul prédictif à visée planificatrice ? Peut-on imaginer des savoirs d’anticipation relativement autonomes par rapport à ces thématiques du risque et de la prédiction ? Finalement, de quoi relève notre capacité prédictive et quelles connaissances du futur peut-on avoir ? Comme les savoirs d’anticipation prennent en compte l’imprévisibilité ? L’anticipation réduit-elle l’incertitude ? Que connaissons-nous lorsque nous connaissons le futur ? De quelle type de rationalité relève – ou doit relever – une connaissance sur le futur ? Lire la suite

[Année 1/Séance 7] Big data et anticipation : vers une gouvernementalité algorithmique ? – 16 avril 2015

Cette septième séance explorera les enjeux posés par le phénomène contemporain du « Big data ». Nous mettrons à l’épreuve la promesse dont le « Big data » semble investie, celle d’une compréhension de la réalité à partir de la seule production massive d’une diversité de données individuelles, prétendument dénuée de valeurs aux plans épistémologique et éthique. Mais au-delà, nous souhaitons interroger le type de savoir anticipatoire que l’avalanche de données produit ; si, et de quelles manières, le Big data façonne les actions individuelles et collectives, en transformant nos représentations des possibles. Lire la suite

[Année 1/Séance 6] La logique de la précaution : sauvegarder le possible ou l’anéantir ? – 5 mars 2015

Cette sixième séance de notre séminaire explore une nouvelle figure de l’anticipation : la précaution. Sur quoi se fonde le raisonnement de précaution ? Rompt-il avec le principe de prévention ou s’inscrit-il dans sa continuité ? Quel rapport à l’incertitude la précaution suppose-t-elle ? Pour être plus « précautionneux », les savoirs et les techniques sont-ils plus humbles, plus conscients de leurs incertitudes ou incapables de les tolérer ? La notion de « précaution » sera envisagée dans les deux principaux domaines où elle trouve des applications – santé et environnement -, et dans son sens le plus large, moins comme un principe que comme une attitude ou une façon de poser des problèmes et d’y répondre. Lire la suite

[Année 1/Séance 5] Elaborer un « plan de vie » : condition de l’autonomie ou nouvelle contrainte sociale ? – 5 février 2015

Cette cinquième séance a exploré le lien entre capacité à anticiper, voire à planifier son existence, et autonomie. Ce lien est aujourd’hui souvent établi et se trouve concrétisé par de nombreux dispositifs personnalisés d’anticipation, notamment dans les domaines du handicap physique et psychique  – projets personnalisés, projets de vie, etc. Nos deux philosophes tenteront, en mobilisant des notions centrales de la philosophie morale et politique contemporaine (plan de vie, capabilité, vulnérabilité, etc.), de mettre ce lien en discussion : dans quelle mesure la capacité à se projeter dans l’avenir constitue-t-elle une dimension fondamentale de la citoyenneté ; dans quelle mesure la valorisation de l’anticipation et des aides concrètes à l’anticipation pourraient tendre à stigmatiser ou à maintenir l’exclusion sociale des personnes que leurs dispositions psychiques empêchent de se projeter vers l’avenir ? Lire la suite

[Année 1/Séance 4] Face à l’accélération technique : comment anticiper dans la vulnérabilité ? – 8 janvier 2015

 Cette séance a mis la philosophie a l’honneur pour penser l’anticipation dans ses rapports à l’accélération et à la vulnérabilité. L’intention initiale des organisateurs fut d’inscrire la question de l’anticipation dans le contexte de la société de l’accélération tel que décrite par
le sociologue allemand Harmut Rosa. Dans un tel contexte, que veut dire anticiper ? L’anticipation cesse-t-elle d’être possible ou augmente-t-elle nos possibilités d’anticipation ? L’accélération n’est-elle pas créatrice de nouvelles formes de vulnérabilité ? Comme il y a les laissés-pour-compte, ne voit-on pas naitre des « laissés-pour-rythme » ?
 H. Rosa parle de désynchronisation, pathologie structurelle de l’accélération, qui touche aussi bien l’économie, l’écologie que le social (condition de travail). Ces phénomènes de désynchronisation nous invitent-ils à repenser l’anticipation dans un contexte de vulnérabilité ?

Lire la suite

[Année 1/Séance 2] Face à l’anticipation de handicaps lourds : décider en situation d’incertitude – 20 novembre 2014

La seconde séance portait sur une autre figure de l’anticipation en contexte biomédical – l’anticipation pour un autre que soi. La réflexion rencontre à nouveau la question de la prédictibilité du futur. D’emblée apparaissait une tension entre deux façons de se rapporter au futur : la première, passant par une conjuration de l’incertitude, suppose une détermination des possibles (prédiction) ; la seconde, passant par la tolérance de l’incertitude, assumant l’indétermination du futur, invite à l’invention de possibles (anticipation). Lire la suite

[Année 1/Séance 1] Anticiper des choix ? Autour des résolutions anticipées de soin – 16 octobre 2014

La première séance a permis une première réflexion sur l’anticipation dans les contextes où cette dernière est présentée comme la condition d’une plus grande autonomie. La fin de vie en est une illustration : le recours à des dispositifs d’anticipation, notamment les « directives anticipées », est souvent présenté comme garantissant, à travers le maintien des préférences et des désirs de la personne, le rapport de soi à soi, l’autodétermination malgré la perte des capacités cognitives. Les deux intervenants ont mis cette prétention à l’épreuve d’une réflexion nuancée.

Lire la suite