Anticiper le futur de la santé – 8 et 9 juin 2016 – Paris

Mis en avant

 

Capture d’écran 2016-04-19 à 09.58.59

Anticiper le futur de la santé, ce n’est pas seulement anticiper la santé du futur. Autrement dit, ce n’est pas établir une liste des nouvelles technologiques ou objets qui forment et formeront ce que l’on appelle désormais la santé numérique. Anticiper le futur de la santé, c’est surtout et davantage s’interroger sur le champ de possibilités que l’on peut maintenir ouvert malgré certains tropismes technologiques, et c’est identifier collectivement et le plus en amont possible les enjeux éthiques que cela implique. Anticiper le futur de la santé, c’est aussi prendre soin de la santé du présent et de notre façon d’y être attentif sans contraindre l’espérance d’un futur meilleur. Enfin, anticiper le futur de la santé, c’est remettre au centre des préoccupations une éthique de l’anticipation comprise comme une éthique de notre façon de prendre soin du futur.

Entrée libre et gratuite, sur inscription ici

Télécharger le programme ici

PROGRAMME 

Mardi 8 juin – 9h00/17h30

SESSION 1 – Imaginer le futur de la santé, anticiper ses enjeux éthiques – 9h30/12h30

– Riel MILLER, chef de la prospective à UNESCO

– Guy VALENCIEN, directeur de CHAM, professeur à l’Académie nationale de médecine

SESSION 2 – Co-construire la santé du futur avec les usagers ? – 14h00/17h15

– Antoine VIAL, expert en santé publique co-fondateur du Forum LLSA (Living Lab en Santé Autonomie)

– Jacques DUCHENE, Institut Charles Delaunay (UMR CNRS 6281), Université de technologie de Troyes, co-fondateur du Living Lab ActivAgein

Mercredi 9 juin – 9h00/17h30

SESSION 3 – Médecine personnalisée ou personnalisante ? – 9h30/12h30

– Jean-Phillipe PIERRON, philosophe, doyen de la faculté de philosophie de Lyon 3

– Gaia Barazzetti, philosophe de l’Université de Lausanne

SESSION 4 – Nouveaux modes de gouvernementalité en santé – 14h00/17h15

– Marie-Geneviève PINSART, philosophe, présidente du comité consultatif de bioéthique de Belgique

– Gérard DUBEY, professeur de sociologie à Telecom Ecole de Management et chercheur au Centre d’Études des Techniques, des Connaissances et des Pratiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). En attente de confirmation

Les « Conversations éthique, science et société »

Les Conversations se déroulent sur deux jours avec huit intervenants. Chacune des sessions accueillent des intervenants qui exposent leur point de vue en prenant le temps du développement et le temps du dialogue avec le public. L’enjeu de cette nouvelle édition est d’identifier et partager les questionnements éthiques associés à une conception de la santé qui connait des mutations tant conceptuelles que technologiques sans précédent. Les Conservations sont un événement à la fois universitaire et grand public.

Prochaine séance : Anticiper et expérimenter le futur – 16 février 2016 – séance 5

Mis en avant

Anticiper, n’est-ce pas aussi expérimenter le futur ? Comment ouvrir le champ des possibles pour continuer à inventer et à imaginer, avec une certaine distance par rapport aux déterminations du présent et au poids du passé ? La fiction, la spéculation, la fabulation, le design, …., sont autant d’outils qui peuvent nous y aider. Cette séance mettra à l’honneur deux approches innovantes qui cherchent à prendre soin du futur en renouvelant notre conception de l’anticipation.

Les séances du séminaire ont lieu à l’Espace éthique Ile-de-France de 18h30 à 20h30.

Coordination scientifique du séminaire : Léo Coutellec, Sebastian Moser, Paul-Loup Weil-Dubuc & Emmanuel Hirsch (Pôle recherche – Espace éthique Île-de-France / Laboratoire d’excellence DISTALZ / EA 1610 « Études sur les sciences et les techniques », université Paris Sud).

INTERVENTIONS

  • Emilie Hermant – Ecrivain, psychologue clinicienne et directrice du collecitf DingDingDong, Institut de coproduction de savoir sur la maladie de Huntington (http://dingdingdong.org)
  • Max Mollon – Chercheur et designeur, spécialiste de design spéculatif (ENSAB ; Telecom ParisTech ; Espace éthique Ile-de-France)

Cette séance sera présentée et animée par Léo Coutellec, chercheur en philosophie des sciences, Espace éthique Ile-de-France, Département de Recherche en Ethique

<<<<<<<<<<< INSCRIPTION >>>>>>>>>>>

Se rendre à l’Espace éthique Ile de France :

Hopital Saint Louis  – Quadrilatère historique, porte 9, 1er étage.  1, avenue Claude Vellefaux – Paris 10

capturedcran2015122214_07_10

SEANCE 1 – Quelles conceptions de l’homme pour une éthique de l’anticipation ? – 13 Octobre 2015

Sous l’anticipation, des conceptions de l’humain. Cette première séance du séminaire portera sur l’homme pensé comme projet éthique et politique : comment pouvons-nous et comment devons-nous penser l’homme futur ? Quelles sont les figures futures de l’humain entre lesquelles nous aurions à choisir ? La séance abordera ces questions à partir d’un questionnement sur les techniques de transformation de l’humain, et en particulier les techniques de procréation et d’« amélioration ». L’enjeu du séminaire est plus généralement de porter un regard pluriel, interdisciplinaire et transversal sur la notion d’anticipation, à partir de contextes différents (santé, environnement, technologie,…). Lire la suite

Les pensées de l’anticipation

Le champ de l’anticipation se pense classiquement selon une perspective disciplinaire (ex. : la prospective) ou thématique (ex. : genre littéraire). L’objectif des recherches que nous menons est de décloisonner les pensées de l’anticipation en identifiant et analysant ses multiples figures. Pour chacune d’entre elles, nous identifions quelques caractéristiques majeures qui structurent l’architecture conceptuelle des démarches ou dispositifs d’anticipation. C’est ainsi, et nous en faisons l’hypothèse, qu’il devient possible de construire une éthique de l’anticipation comprise comme éthique de l’attention que nous portons à l’égard du futur. Une telle éthique s’initie d’abord par une série de questionnements : de quoi relève cette volonté d’anticiper ? Quelle connaissance peut-on construire sur le futur ? Peut-on anticiper sans déterminer ? Le futur peut-il rester un terrain de possibilités indéterminées ? L’anticipation relève-t-elle d’une volonté de maîtrise, vise-t-elle à renforcer nos capacités d’adaptation ou nous permet-elle d’imaginer des impossibles ? Ce travail s’organise notamment autour d’un séminaire de recherche interdisciplinaire intitulé « Anticipation(s) : penser et agir avec le futur » – dont la première édition a eu lieu en 2014-2015 et qui se poursuit en 2016-2016 – et d’un colloque annuel « Les conversations éthique, science et société » dont la première édition a eu lieu en juin 2015