Anticiper le futur de la santé – 8 et 9 juin 2016 – Paris

Mis en avant

 

Capture d’écran 2016-04-19 à 09.58.59

Anticiper le futur de la santé, ce n’est pas seulement anticiper la santé du futur. Autrement dit, ce n’est pas établir une liste des nouvelles technologiques ou objets qui forment et formeront ce que l’on appelle désormais la santé numérique. Anticiper le futur de la santé, c’est surtout et davantage s’interroger sur le champ de possibilités que l’on peut maintenir ouvert malgré certains tropismes technologiques, et c’est identifier collectivement et le plus en amont possible les enjeux éthiques que cela implique. Anticiper le futur de la santé, c’est aussi prendre soin de la santé du présent et de notre façon d’y être attentif sans contraindre l’espérance d’un futur meilleur. Enfin, anticiper le futur de la santé, c’est remettre au centre des préoccupations une éthique de l’anticipation comprise comme une éthique de notre façon de prendre soin du futur.

Entrée libre et gratuite, sur inscription ici

Télécharger le programme ici

PROGRAMME 

Mardi 8 juin – 9h00/17h30

SESSION 1 – Imaginer le futur de la santé, anticiper ses enjeux éthiques – 9h30/12h30

– Riel MILLER, chef de la prospective à UNESCO

– Guy VALENCIEN, directeur de CHAM, professeur à l’Académie nationale de médecine

SESSION 2 – Co-construire la santé du futur avec les usagers ? – 14h00/17h15

– Antoine VIAL, expert en santé publique co-fondateur du Forum LLSA (Living Lab en Santé Autonomie)

– Jacques DUCHENE, Institut Charles Delaunay (UMR CNRS 6281), Université de technologie de Troyes, co-fondateur du Living Lab ActivAgein

Mercredi 9 juin – 9h00/17h30

SESSION 3 – Médecine personnalisée ou personnalisante ? – 9h30/12h30

– Jean-Phillipe PIERRON, philosophe, doyen de la faculté de philosophie de Lyon 3

– Gaia Barazzetti, philosophe de l’Université de Lausanne

SESSION 4 – Nouveaux modes de gouvernementalité en santé – 14h00/17h15

– Marie-Geneviève PINSART, philosophe, présidente du comité consultatif de bioéthique de Belgique

– Gérard DUBEY, professeur de sociologie à Telecom Ecole de Management et chercheur au Centre d’Études des Techniques, des Connaissances et des Pratiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). En attente de confirmation

Les « Conversations éthique, science et société »

Les Conversations se déroulent sur deux jours avec huit intervenants. Chacune des sessions accueillent des intervenants qui exposent leur point de vue en prenant le temps du développement et le temps du dialogue avec le public. L’enjeu de cette nouvelle édition est d’identifier et partager les questionnements éthiques associés à une conception de la santé qui connait des mutations tant conceptuelles que technologiques sans précédent. Les Conservations sont un événement à la fois universitaire et grand public.

Prochaine séance : Anticiper et expérimenter le futur – 16 février 2016 – séance 5

Mis en avant

Anticiper, n’est-ce pas aussi expérimenter le futur ? Comment ouvrir le champ des possibles pour continuer à inventer et à imaginer, avec une certaine distance par rapport aux déterminations du présent et au poids du passé ? La fiction, la spéculation, la fabulation, le design, …., sont autant d’outils qui peuvent nous y aider. Cette séance mettra à l’honneur deux approches innovantes qui cherchent à prendre soin du futur en renouvelant notre conception de l’anticipation.

Les séances du séminaire ont lieu à l’Espace éthique Ile-de-France de 18h30 à 20h30.

Coordination scientifique du séminaire : Léo Coutellec, Sebastian Moser, Paul-Loup Weil-Dubuc & Emmanuel Hirsch (Pôle recherche – Espace éthique Île-de-France / Laboratoire d’excellence DISTALZ / EA 1610 « Études sur les sciences et les techniques », université Paris Sud).

INTERVENTIONS

  • Emilie Hermant – Ecrivain, psychologue clinicienne et directrice du collecitf DingDingDong, Institut de coproduction de savoir sur la maladie de Huntington (http://dingdingdong.org)
  • Max Mollon – Chercheur et designeur, spécialiste de design spéculatif (ENSAB ; Telecom ParisTech ; Espace éthique Ile-de-France)

Cette séance sera présentée et animée par Léo Coutellec, chercheur en philosophie des sciences, Espace éthique Ile-de-France, Département de Recherche en Ethique

<<<<<<<<<<< INSCRIPTION >>>>>>>>>>>

Se rendre à l’Espace éthique Ile de France :

Hopital Saint Louis  – Quadrilatère historique, porte 9, 1er étage.  1, avenue Claude Vellefaux – Paris 10

capturedcran2015122214_07_10

Anticipation et surveillance – 19 janvier 2016 – séance 4

Mis en avant

Pour cette quatrième séance, nous continuerons à explorer les figures et les territoires de l’anticipation ; cette fois-ci, en mettant l’idée d’anticipation à l’épreuve du concept de surveillance. Quel rôle joue l’anticipation dans les dispositifs de surveillance ? L’anticipation n’est-elle pas toujours une forme de surveillance ? Nos deux intervenants éclaireront ces questionnements avec leurs expériences et réflexions dans le domaine de la recherche biomédicale et de la société de l’information.

Les séances du séminaire ont lieu à l’Espace éthique Ile-de-France de 18h30 à 20h30.

Coordination scientifique du séminaire : Léo Coutellec, Sebastian Moser, Paul-Loup Weil-Dubuc & Emmanuel Hirsch (Pôle recherche – Espace éthique Île-de-France / Laboratoire d’excellence DISTALZ / EA 1610 « Études sur les sciences et les techniques », université Paris Sud).

INTERVENTIONS

  • « Surveillance post-disciplinaire et anticipation », par André Vitalis

André Vitalis – Professeur à l’Université Bordeaux 3 en sciences de l’information et de la communication. Il développe une approche critique de la société de l’information, il a notamment travaillé sur l’histoire de la protection des données personnelles. Récemment, il a publié avec Armand Mattelart, « Le profilage des populations. Du livret ouvrier au cybercontrôle » (La Découverte, 2014)

  • « La médecine prédictive existe-elle ? », par Marc Billaud

Marc Billaud – Directeur de recherche au CNRS en cancérologie, il exerce au sein de l’Institut Albert Bonniot à Grenoble. Il a coécrit avec Florence Solari « Comment (et pourquoi) vieillissons-nous ? » (Editions Le Pommier, 2011). Il coordonne avec Nicolas Lechopier, le séminaire « Formes de surveillance en médecine et en santé publique » (Institut Français de l’éducation).

Cette séance sera présentée et animée par Léo Coutellec, chercheur en philosophie des sciences, Espace éthique Ile-de-France, Département de Recherche en Ethique

<<<<<<<<<<< INSCRIPTION >>>>>>>>>>>

Se rendre à l’Espace éthique Ile de France :

Hopital Saint Louis  – Quadrilatère historique, porte 9, 1er étage.  1, avenue Claude Vellefaux – Paris 10

capturedcran2015122214_07_10

SEANCE 3 – Le soin : une anticipation à petits pas ? – 8 Décembre 2015

Nous proposons, pour cette séance, de caractériser la ou les représentation(s) du futur que supposent les activités du soin ; nous serons particulièrement attentifs à l’objection de présentisme parfois adressée contre les éthiques du care. Soigner revient-il à se laisser prendre dans les urgences et les contraintes du présent sans souci du futur ?   Pourrions-nous envisager le soin ou un certain soin comme une « anticipation à petits pas » nécessitant une série de réajustements pour intégrer l’imprévu et agir dans l’imprévisible ? Lire la suite

SEANCE 2 – Redonner une place au futur : un enjeu anthropologique et politique – 17 novembre 2015

Emprisonné dans les déterminations du présent ou neutralisé dans des dispositifs d’anticipation trop rigides, le futur peine à trouver une véritable place dans les discussions politiques sur l‘avenir de nos sociétés. Et, au-delà, entre planification, prédiction, projection, …, n’est-ce pas différentes conceptions du futur qui se jouent voire s’affrontent ? L’enjeu de cette séance sera de clarifier cette situation en interrogeant la pratique prospective contemporaine et les enjeux anthropologiques et éthiques qui s’y attachent. Lire la suite

SEANCE 1 – Quelles conceptions de l’homme pour une éthique de l’anticipation ? – 13 Octobre 2015

Sous l’anticipation, des conceptions de l’humain. Cette première séance du séminaire portera sur l’homme pensé comme projet éthique et politique : comment pouvons-nous et comment devons-nous penser l’homme futur ? Quelles sont les figures futures de l’humain entre lesquelles nous aurions à choisir ? La séance abordera ces questions à partir d’un questionnement sur les techniques de transformation de l’humain, et en particulier les techniques de procréation et d’« amélioration ». L’enjeu du séminaire est plus généralement de porter un regard pluriel, interdisciplinaire et transversal sur la notion d’anticipation, à partir de contextes différents (santé, environnement, technologie,…). Lire la suite

Les pensées de l’anticipation

Le champ de l’anticipation se pense classiquement selon une perspective disciplinaire (ex. : la prospective) ou thématique (ex. : genre littéraire). L’objectif des recherches que nous menons est de décloisonner les pensées de l’anticipation en identifiant et analysant ses multiples figures. Pour chacune d’entre elles, nous identifions quelques caractéristiques majeures qui structurent l’architecture conceptuelle des démarches ou dispositifs d’anticipation. C’est ainsi, et nous en faisons l’hypothèse, qu’il devient possible de construire une éthique de l’anticipation comprise comme éthique de l’attention que nous portons à l’égard du futur. Une telle éthique s’initie d’abord par une série de questionnements : de quoi relève cette volonté d’anticiper ? Quelle connaissance peut-on construire sur le futur ? Peut-on anticiper sans déterminer ? Le futur peut-il rester un terrain de possibilités indéterminées ? L’anticipation relève-t-elle d’une volonté de maîtrise, vise-t-elle à renforcer nos capacités d’adaptation ou nous permet-elle d’imaginer des impossibles ? Ce travail s’organise notamment autour d’un séminaire de recherche interdisciplinaire intitulé « Anticipation(s) : penser et agir avec le futur » – dont la première édition a eu lieu en 2014-2015 et qui se poursuit en 2016-2016 – et d’un colloque annuel « Les conversations éthique, science et société » dont la première édition a eu lieu en juin 2015

[Année 1/Séance 8] Quelles connaissances pour une connaissance du futur ? – 21 mai 2015

Cette huitième séance explorera les conditions d’une connaissance du futur. Celle-ci doit-elle se réduire à un discours sur les risques ou à un calcul prédictif à visée planificatrice ? Peut-on imaginer des savoirs d’anticipation relativement autonomes par rapport à ces thématiques du risque et de la prédiction ? Finalement, de quoi relève notre capacité prédictive et quelles connaissances du futur peut-on avoir ? Comme les savoirs d’anticipation prennent en compte l’imprévisibilité ? L’anticipation réduit-elle l’incertitude ? Que connaissons-nous lorsque nous connaissons le futur ? De quelle type de rationalité relève – ou doit relever – une connaissance sur le futur ? Lire la suite

[Année 1/Séance 7] Big data et anticipation : vers une gouvernementalité algorithmique ? – 16 avril 2015

Cette septième séance explorera les enjeux posés par le phénomène contemporain du « Big data ». Nous mettrons à l’épreuve la promesse dont le « Big data » semble investie, celle d’une compréhension de la réalité à partir de la seule production massive d’une diversité de données individuelles, prétendument dénuée de valeurs aux plans épistémologique et éthique. Mais au-delà, nous souhaitons interroger le type de savoir anticipatoire que l’avalanche de données produit ; si, et de quelles manières, le Big data façonne les actions individuelles et collectives, en transformant nos représentations des possibles. Lire la suite

[Année 1/Séance 6] La logique de la précaution : sauvegarder le possible ou l’anéantir ? – 5 mars 2015

Cette sixième séance de notre séminaire explore une nouvelle figure de l’anticipation : la précaution. Sur quoi se fonde le raisonnement de précaution ? Rompt-il avec le principe de prévention ou s’inscrit-il dans sa continuité ? Quel rapport à l’incertitude la précaution suppose-t-elle ? Pour être plus « précautionneux », les savoirs et les techniques sont-ils plus humbles, plus conscients de leurs incertitudes ou incapables de les tolérer ? La notion de « précaution » sera envisagée dans les deux principaux domaines où elle trouve des applications – santé et environnement -, et dans son sens le plus large, moins comme un principe que comme une attitude ou une façon de poser des problèmes et d’y répondre. Lire la suite

[Année 1/Séance 5] Elaborer un « plan de vie » : condition de l’autonomie ou nouvelle contrainte sociale ? – 5 février 2015

Cette cinquième séance a exploré le lien entre capacité à anticiper, voire à planifier son existence, et autonomie. Ce lien est aujourd’hui souvent établi et se trouve concrétisé par de nombreux dispositifs personnalisés d’anticipation, notamment dans les domaines du handicap physique et psychique  – projets personnalisés, projets de vie, etc. Nos deux philosophes tenteront, en mobilisant des notions centrales de la philosophie morale et politique contemporaine (plan de vie, capabilité, vulnérabilité, etc.), de mettre ce lien en discussion : dans quelle mesure la capacité à se projeter dans l’avenir constitue-t-elle une dimension fondamentale de la citoyenneté ; dans quelle mesure la valorisation de l’anticipation et des aides concrètes à l’anticipation pourraient tendre à stigmatiser ou à maintenir l’exclusion sociale des personnes que leurs dispositions psychiques empêchent de se projeter vers l’avenir ? Lire la suite

[Année 1/Séance 4] Face à l’accélération technique : comment anticiper dans la vulnérabilité ? – 8 janvier 2015

 Cette séance a mis la philosophie a l’honneur pour penser l’anticipation dans ses rapports à l’accélération et à la vulnérabilité. L’intention initiale des organisateurs fut d’inscrire la question de l’anticipation dans le contexte de la société de l’accélération tel que décrite par
le sociologue allemand Harmut Rosa. Dans un tel contexte, que veut dire anticiper ? L’anticipation cesse-t-elle d’être possible ou augmente-t-elle nos possibilités d’anticipation ? L’accélération n’est-elle pas créatrice de nouvelles formes de vulnérabilité ? Comme il y a les laissés-pour-compte, ne voit-on pas naitre des « laissés-pour-rythme » ?
 H. Rosa parle de désynchronisation, pathologie structurelle de l’accélération, qui touche aussi bien l’économie, l’écologie que le social (condition de travail). Ces phénomènes de désynchronisation nous invitent-ils à repenser l’anticipation dans un contexte de vulnérabilité ?

Lire la suite

[Année 1/Séance 2] Face à l’anticipation de handicaps lourds : décider en situation d’incertitude – 20 novembre 2014

La seconde séance portait sur une autre figure de l’anticipation en contexte biomédical – l’anticipation pour un autre que soi. La réflexion rencontre à nouveau la question de la prédictibilité du futur. D’emblée apparaissait une tension entre deux façons de se rapporter au futur : la première, passant par une conjuration de l’incertitude, suppose une détermination des possibles (prédiction) ; la seconde, passant par la tolérance de l’incertitude, assumant l’indétermination du futur, invite à l’invention de possibles (anticipation). Lire la suite

[Année 1/Séance 1] Anticiper des choix ? Autour des résolutions anticipées de soin – 16 octobre 2014

La première séance a permis une première réflexion sur l’anticipation dans les contextes où cette dernière est présentée comme la condition d’une plus grande autonomie. La fin de vie en est une illustration : le recours à des dispositifs d’anticipation, notamment les « directives anticipées », est souvent présenté comme garantissant, à travers le maintien des préférences et des désirs de la personne, le rapport de soi à soi, l’autodétermination malgré la perte des capacités cognitives. Les deux intervenants ont mis cette prétention à l’épreuve d’une réflexion nuancée.

Lire la suite