[Année 1/Séance 6] La logique de la précaution : sauvegarder le possible ou l’anéantir ? – 5 mars 2015

Cette sixième séance de notre séminaire explore une nouvelle figure de l’anticipation : la précaution. Sur quoi se fonde le raisonnement de précaution ? Rompt-il avec le principe de prévention ou s’inscrit-il dans sa continuité ? Quel rapport à l’incertitude la précaution suppose-t-elle ? Pour être plus « précautionneux », les savoirs et les techniques sont-ils plus humbles, plus conscients de leurs incertitudes ou incapables de les tolérer ? La notion de « précaution » sera envisagée dans les deux principaux domaines où elle trouve des applications – santé et environnement -, et dans son sens le plus large, moins comme un principe que comme une attitude ou une façon de poser des problèmes et d’y répondre.

Cette séance a été présentée et animée par Paul-Loup Weil-Dubuc, chercheur en philosophie morale, Espace Ethique Ile-de-France, Université Paris Sud

Intervenants

Pierre Corvol est médecin et chercheur en biologie. Membre titulaire de l’Académie des sciences et de l’Académie nationale de médecine, il occupe de 1983 jusqu’à 2006 la chaire de médecine expérimentale au Collège de France. Spécialiste de l’hypertension artérielle et auteur de nombreuses publications sur ce sujet, il a aussi publié, avec Nicolas Postel-Vinay, Le retour du Dr Knock (Paris, Odile Jacob, 2000).

Claude-Olivier Doron est Maître de conférences en histoire et philosophie des sciences à l’Université Paris Diderot. Il s’intéresse aux techniques de gouvernement des populations et, plus particulièrement et récemment, à l’histoire des relations entre le concept de Race et la médecine. Il a aussi consacré des travaux à la précaution, dont cet article : « L’au-delà du risque : précaution et attention », Psychiatries, 2011, p. 103-118.


Pierre Corvol inscrit sa présentation dans le contexte de l’épidémiologie des facteurs de risque. Selon lui, il y a trois types de risques en médecine : un risque identifié et non mesurable (ex. : maladies infectieuses), nous sommes alors dans le registre de la précaution ; un risque identifié et mesurable (ex. : maladies cardio-vasculaires), nous sommes alors dans le registre de la prévention ; un risque certain, nous sommes alors dans le registre de l’anticipation. Il centre son propos sur la prévention dans le contexte des maladies cardio-vasculaires et nous explique la complexité du processus de définition des seuils pour étudier les facteurs de risque. Il explique le rôle des assurances dans l’identification des facteurs de risque.

Claude-Olivier Doron s’attache à retracer de façon synthétique l’histoire de la notion de risque. Il rappelle que le risque a progressivement pris une place centrale comme une certaine façon de dire la vérité. Le risque se construit comme savoir robuste par un effacement des singularités visant à agréger des cas. Il revient sur l’histoire de l’inoculation de la variole et aux réticences de d’Alembert qui s’opposait au raisonnement populationnel. Claude-Olivier Doron en vient ensuite à nous présenter la logique de précaution qui, selon lui, se détache de cette notion de risque. Il s’agit de prévenir des dommages irréversibles contre la logique des seuils qui contrastent des régimes d’action, d’être attentif aux évènements non significatifs. Le principe de précaution relève donc d’un risque potentiel là où le principe de prévention relève d’un risque mesuré. Il introduit ensuite le principe d’attention qui relève plutôt d’un non-risque, d’une angoisse subjective. Il illustre la mise en œuvre de ce principe d’attention par le cas des antennes-relais.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *