[Année 1/Séance 5] Elaborer un « plan de vie » : condition de l’autonomie ou nouvelle contrainte sociale ? – 5 février 2015

Cette cinquième séance a exploré le lien entre capacité à anticiper, voire à planifier son existence, et autonomie. Ce lien est aujourd’hui souvent établi et se trouve concrétisé par de nombreux dispositifs personnalisés d’anticipation, notamment dans les domaines du handicap physique et psychique  – projets personnalisés, projets de vie, etc. Nos deux philosophes tenteront, en mobilisant des notions centrales de la philosophie morale et politique contemporaine (plan de vie, capabilité, vulnérabilité, etc.), de mettre ce lien en discussion : dans quelle mesure la capacité à se projeter dans l’avenir constitue-t-elle une dimension fondamentale de la citoyenneté ; dans quelle mesure la valorisation de l’anticipation et des aides concrètes à l’anticipation pourraient tendre à stigmatiser ou à maintenir l’exclusion sociale des personnes que leurs dispositions psychiques empêchent de se projeter vers l’avenir ?

Cette séance a été présentée et animée par Paul-Loup Weil-Dubuc, chercheur en philosophie morale, Espace Ethique Ile-de-France, Université Paris Sud

Intervenants

Catherine Audard : Visiting Fellow au département de philosophie de la London School of Economics.
Mylène Botbol-Baum : Professeur de philosophie et de bioéthique à l’Université Catholique de Louvain.

Catherine Audard définit la capacité à anticiper comme une capacité non seulement naturelle de l’être humain mais aussi une capacité morale, en tant qu’elle permet à tout sujet de poser un système de fins et de se représenter soi-même comme fin en soi et non seulement comme moyen. Ce premier moment de la réflexion, d’inspiration kantienne, ouvre à une critique de l’utilitarisme pensant l’être humain comme un récipient statique de satisfactions, ignorant qu’il est un « être en développement » et qu’il doit se penser comme tel. C’est aussi au nom de cette conception du sujet humain que Rawls considère dans Théorie de la justice que la capacité morale s’atteste dans une capacité aussi bien à rendre la justice qu’à la recevoir, à légiférer autant qu’à se soumettre à sa propre législation. Mais qu’en est-il des personnes qui sont incapables de rendre justice ? Ne sont-elles pas dignes de la justice ? Ne sont-elles éligibles qu’à la charité ? Pour dépasser cette fragilité apparente du concept kantien d’autonomie, Catherine Audard remarque que la notion de développement implique celle de vulnérabilité, puisque l’être humain est exposé par sa finitude au vieillissement et à la diminution de ses capacités cognitives. Mais le « développement » et le déclin des capacités qui l’accompagne n’empêchent pas de considérer et de traiter la personne dignement, c’est-à-dire de lui conférer le statut moral de la citoyenneté, à moins de la réifier en l’assimilant à ces capacités empiriques. Davantage qu’une caractéristique intrinsèque des personnes, la dignité qualifie ainsi un mode de relation.


Mylène Botbol-Baum défend l’idée que l’anticipation n’est pas la prédiction en soulignant un conflit épistémologique entre savoir et pouvoir. Selon elle, la vulnérabilité humaine est le premier réel à considérer. Elle s’inspire de la notion de capabilité de Armatya Sen, comme notion existentielle de la qualité de vie. Elle insiste sur l’importance de la notion d’engagement comme plus forte que celle de compassion. L’anticipation est une capacité à s’engager. L’anticipation se vit au futur antérieur. Référence à l’éga-liberté de Etienne Balibar. Tension entre prédictivité et vulnérabilité. Un projet thérapeutique est toujours un choix politique Mylène Botbol-Baum cherche à articuler les approches de Sen et de Axel Honneth, en faisant une éloge d’une vulnérabilité non-essentialiste. La vulnérabilité étant l’ancrage du besoin de reconnaissance.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *