[Année 1/Séance 4] Face à l’accélération technique : comment anticiper dans la vulnérabilité ? – 8 janvier 2015

 Cette séance a mis la philosophie a l’honneur pour penser l’anticipation dans ses rapports à l’accélération et à la vulnérabilité. L’intention initiale des organisateurs fut d’inscrire la question de l’anticipation dans le contexte de la société de l’accélération tel que décrite par
le sociologue allemand Harmut Rosa. Dans un tel contexte, que veut dire anticiper ? L’anticipation cesse-t-elle d’être possible ou augmente-t-elle nos possibilités d’anticipation ? L’accélération n’est-elle pas créatrice de nouvelles formes de vulnérabilité ? Comme il y a les laissés-pour-compte, ne voit-on pas naitre des « laissés-pour-rythme » ?
 H. Rosa parle de désynchronisation, pathologie structurelle de l’accélération, qui touche aussi bien l’économie, l’écologie que le social (condition de travail). Ces phénomènes de désynchronisation nous invitent-ils à repenser l’anticipation dans un contexte de vulnérabilité ?

Cette séance a été introduite et animée par Léo Coutellec, chercheur en philosophie des sciences, Espace Ethique Ile-de-France, Département de recherche en éthique Université Paris-Sud

Intervenants

Marie-Geneviève Pinsart – Professeure de philosophie à l’Université Libre de Bruxelles, vice-présidente du comité national d’éthique de Belgique
Michel Puech – Professeur de philosophie, Université Paris-Sorbonne


L’intervention de Marie-Geneviève Pinsart a permis de montrer le rapport complexe entre la vulnérabilité et la technique. Le fil rouge de son intervention fut la question suivante : « Si la vulnérabilité définit des rapports de pouvoir, que cherche-t-on à réaliser quand on identifie une vulnérabilité, et comment procède-t-on ? ». Elle nous propose un travail d’analyse philosophique très précis de la notion de vulnérabilité, illustré par quelques exemples historiques en bioéthique.  Elle distingue deux grands types de vulnérabilités :
(i) Des vulnérabilités associées à la finitude humaine et qui peut être assimilée à la fragilité de tout ce qui existe, cette possibilité d’être affecté par quelque chose. Ce type de vulnérabilité n’a pas à être anticipé. Ce qu’il y a à anticiper, c’est la façon dont les sciences et les techniques vont vouloir apporter des réponses pour réduire ces vulnérabilités constitutives (ii) Des vulnérabilités spécifiques liées à une perte ou à un manque d’une capacité. On désigne ainsi une déficience de maîtrise et une perte de puissance. Alors la vulnérabilité définit des rapports de forces, de pouvoir.

Michel Puech a tenu à nous proposer un exercice de déconstruction des termes utilisés pour cette séance. Il identifie quatre risques philosophiques. Selon lui, dire que nous sommes « face à l’accélération technique » relève d’une posture technophobe qu’il oppose à une posture technophile. Il défend plutôt cette dernière posture où la technique est considérée comme une opportunité plutôt qu’une menace. Ensuite, il voit dans l’anticipation un enjeu de pouvoir et une fuite vers la futurologie comme gouvernementalité biopolitique. Enfin, il remet en cause l’idée même d’une accélération. Qu’est-ce qui accélère ? Selon quel référentiel ? Selon lui, l’accélération fait partie de ces métarécits de l’époque moderne. Il y aurait un « agenda caché » derrière cette idée d’accélération technique. Michel Puech voit aussi dans le terme de vulnérabilité une forme de paternalisme et une menace d’un retour du religieux. Il oppose la vulnérabilité et l’autonomie. Dans sa conclusion, Michel Puech propose des mesure de prévention de ces risques : l’éthique du soi (le soin du soi) pour sortir d’une éthique compassionnelle ; l’accompagnement éthique des technologies dans une attitude non-confrontationnelle ; réfléchir à l’ordinaire des technologies.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *