[Année 1/Séance 2] Face à l’anticipation de handicaps lourds : décider en situation d’incertitude – 20 novembre 2014

La seconde séance portait sur une autre figure de l’anticipation en contexte biomédical – l’anticipation pour un autre que soi. La réflexion rencontre à nouveau la question de la prédictibilité du futur. D’emblée apparaissait une tension entre deux façons de se rapporter au futur : la première, passant par une conjuration de l’incertitude, suppose une détermination des possibles (prédiction) ; la seconde, passant par la tolérance de l’incertitude, assumant l’indétermination du futur, invite à l’invention de possibles (anticipation).

Intervenants

Sophie Crozier – Neurologue, praticienne hospitalier, CHU Pitié-Salpêtrière, EA1610 Université Paris-Sud
Pierre Bretemieux – Docteur en philosophie, Membre du conseil de vigilance de la Fédération des associations pour adultes et jeunes handicapés


Pierre Bétrémieux reconnaissait dans les termes de cette opposition prédiction/anticipation une opposition philosophique traversant l’histoire de la philosophie, entre une philosophie de la maîtrise de soi et du monde par l’élimination du hasard et une philosophie assumant le tragique de l’existence humaine et la vulnérabilité humaine au hasard. Les techniques contemporaines de diagnostics anténataux s’inscriraient dans la première perspective. Pierre Bétrémieux mettait en évidence une tendance à l’élimination quasi-systématique des embryons jugés non-viables selon des enquêtes statistiques tenant compte d’éléments objectifs et subjectifs.

Sophie Crozier établissait, dans le contexte des accidents vasculaires cérébraux graves,  le constat selon lequel prédomine une interprétation péjorative des pronostics concernant à la fois les chances de survie et la qualité de vie des personnes atteintes de ces handicaps. À travers cette tendance, se manifesteraient aussi bien la recherche impatiente de réponses immédiates à des situations incertaines que l’incapacité sociale à concevoir comme vivables les vies lourdement handicapées. Deux phénomènes devraient pourtant inviter à mettre en cause la significativité du pronostic dans le contexte de l’anticipation de handicaps lourds : la qualité de vie des personnes atteintes de handicaps lourds et persistants est mieux perçue et considérée comme plus désirable par les personnes qui en font l’expérience que par des observateurs extérieurs (disability paradox) ; les pronostics tendent à produire les faits qu’ils prétendent seulement décrire (phénomène des prophéties auto-réalisatrices).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *