[Année 1/Séance 1] Anticiper des choix ? Autour des résolutions anticipées de soin – 16 octobre 2014

La première séance a permis une première réflexion sur l’anticipation dans les contextes où cette dernière est présentée comme la condition d’une plus grande autonomie. La fin de vie en est une illustration : le recours à des dispositifs d’anticipation, notamment les « directives anticipées », est souvent présenté comme garantissant, à travers le maintien des préférences et des désirs de la personne, le rapport de soi à soi, l’autodétermination malgré la perte des capacités cognitives. Les deux intervenants ont mis cette prétention à l’épreuve d’une réflexion nuancée.

Intervenants

Fabrice Gzil – Philosophe, responsable du pôle Etudes et Recherches de la Fondation Médéric Alzheimer
Pascale Vinant – Médecin, Unité fonctionnelle médecine palliative, Hôpitaux universitaires Paris Centre


Pascale Vinant a mis en cause la prédictibilité des souhaits exprimés dans ce type de directives constatant, dans le contexte de sa pratique de médecin palliatif, l’évolutivité des souhaits et les difficultés auxquelles nous exposerait la fixation d’une prétendue identité. Elle défend toutefois les bienfaits d’une anticipation non pas déclarative mais processuelle et dialogique : les « discussions anticipées », lorsqu’elles sont possibles, peuvent conduire le patient à envisager sereinement les circonstances de sa mort et à exprimer des préférences plus stables qu’une déclaration à un moment t ne le permet.

Fabrice Gzil insistait sur la nécessité d’une réflexion sur l’anticipation dans le soin, qu’il invitait à déconnecter d’une réflexion sur la fin de vie. Le contexte de la maladie d’Alzheimer rend d’autant plus sensible à la nécessité de ce découplage. Dans de nombreuses circonstances, les soignants et les familles sont invités à prendre des décisions dont il importe qu’elles se situent dans la continuité des valeurs de la personne que ces décisions concernent. Fabrice Gzil, évoquant la notion anglo-saxonne d’ « advance care planning », soutient que l’anticipation devrait moins consister à envisager les préférences concrètes de la personne ou les conditions de son bien-être physique que les valeurs et les convictions profondes auxquelles elle est attachée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *